Appropriation de l’espace et conflits d’usage : cas de la place Edmond Arnaud, Grenoble

 Forcément, ce n’est pas une place où je vais m’attarder, après. Même éviter peut-être. 1

L’exercice

   Ce 12 avril, notre interlocuteur est clair et net. Il n’est pas attiré par la place en question. Il s’agit  de la place Edmond Arnaud, support de notre étude au sein du cours « Sensible et processus de conception ». Cette étude consiste à récolter et à analyser les expériences sensorielles et sensibles des personnes fréquentant cette place. Au cours de cette étude, nous avons rapidement remarqué l’important contraste existant entre les perceptions de différents individus, allant de très négatives à très positives.

Illustration de la place Edmond Arnaud et des différents groupes de personnes qui fréquentent l'espace. Du côté du café, les habitants d’origine maghrébine utilisent l'espace comme lieu de réunion. Du côté des arcades, les trafiquants de drogue guettent leur entourage. Vers la rue Très Cloître, un visiteur marche précipitamment.

SAOUTARRIH Salma. Illustration des conflits d’usage dans la Place Edmond Arnaud. Grenoble, 2022.

Contact initial

   Lors d’un premier contact avec la place Edmond Arnaud, nous découvrons un lieu où l’étranger est hostilement accueilli par l’espace. Un silence menaçant, rythmé par les passages des voitures de police par la rue Très-Cloître et les cris des guetteurs en conséquence.  

   Une habitante de la rue Servan, précédemment logée à Echirolles, nous exprime son attachement envers le quartier, mais une indifférence envers la place qu’elle trouve « un peu morte, quand il n’y a pas quelque chose d’organisé »2. Dans son discours, ainsi que celui d’un visiteur régulier d’un café de la place, sont évoqués des nuisances sonores, du bruit3. Cette donnée nous est également confirmée par un groupe d’enfants et d’adolescents jouant devant la mosquée Al Fath. L’un d’eux, âgé de quinze ans, évoque notamment des scènes violentes ayant eu lieu au niveau de la place, qui semblent l’avoir marqué, et qu’il évoque en choisissant le rouge et le noir comme couleurs représentant la place.4 

   Verdict de notre première journée : La place n’est pas accueillante.

Visites suivantes

   Cependant, notre visite suivante contredit cette première observation, lorsque nous abordons un guetteur assis au milieu de la place, et qu’il exprime son avis, d’abord en français malgré sa difficulté de maîtrise de la langue : 

 Regardez la cafétéria là-bas ! La haute classe ! Je prends le café tranquille. Je vois que les gens… il se passe du bien. Je vois que les choses de bon ! Il y a des quartiers où tu ne vois que la [mot obscène] ! Mistral [rire] Arrête ! Villeneuve ! Ce sont des Prison Break ceux-là ! 5

   Il nous invite à parler aux réguliers d’un café de la place, majoritairement d’origine maghrébine. Nous profitons donc des similarités entre nos langues maternelles pour faciliter la communication : 

 Durant le Ramadan tu ne trouves pas de place libre ici. […] On allait chercher les chaises de partout […] Un bon quartier. Calme. Bon, malgré qu’ils soient là [désigne les guetteurs], qu’ils fassent leur business ici, nous on s’en fout. Moi je viens ici, je bois mon café, je vais prier à la mosquée puis je rentre chez moi. […] Je me sens à la maison. Quand on se réunit, on se sent comme au pays. […] Quand on se rencontre ici dans le café des arabes avec le thé, le café, la « chamiya »6, les gâteaux et tout, on se sent au pays. […] Et ici, pendant le Ramadan, je vous dis ce que fait la mosquée. Ils font une grande cuisine, ils préparent les plats […] et les tendent aux gens. […] C’est notre quartier. Moi par exemple si tu m’emmènes et que tu me mets dans un autre quartier, ça ne me plairait pas d’y passer du temps. Tu t’habitues aux arabes. Tu t’habitues aux proches et aux amis. Ils te connaissent tous et tu les connais.7

Cet entretien a lieu au cœur de la place. On note un fort sentiment de communauté et d’appartenance. Une forme d’appropriation de l’espace est clairement évoquée. Cependant, on remarque bien que le café est attrayant surtout pour une population majoritairement maghrébine, ce qui induit donc une appartenance sociale à caractère exclusif.

Analyse

   Nous avons donc identifié quatre groupes de personnes :

  • Les trafiquants de drogue actifs sur place, utilisant la place comme terrain de travail.
  • Les habitants d’origine maghrébine, utilisant la place comme lieu de réunion avec leur communauté.
  • Les autres habitants, issus de milieux socio-culturels différents.
  • Les visiteurs de passage (tous milieux sociaux confondus).

   Tous pratiquent le même espace, mais éprouvent pourtant des sentiments différents envers celui-ci. Cette transition vers le sentiment implique d’abord une expérience sensorielle qui, elle, a été plus difficile à obtenir de nos interlocuteurs, mais qui présente des similitudes communes aux différentes catégories sociales abordées.

Cercles de couleurs, chacune représentant la perception de la place par un individu. Les cercles sont répartis sur une carte de la place Edmond Arnaud et de ses alentours. Au niveau de la place Edmond Arnaud, un trafiquant cite le vert en référence au Maghreb, à la verdure, et d'autres choses qu'il préfère ne pas mentionner. Un habitant cite la couleur "chameau" en référence à la couleur des bâtiments. Un habitant choisit le jaune pour la couleur des murs. Un visiteur choisit le gris pour la couleur des bâtiments. Un autre, le vert pour la verdure. A proximité de la mosquée, un enfant cite le jaune en référence à l'ensoleillement de la place. Un autre enfant le bleu, pour la perspective vers le ciel, un dernier, le rouge et le noir, en référence aux scènes violentes auxquelles il a été témoin au niveau de la place. Enfin, au niveau de la rue Servan, une habitante décrit la place comme grise car elle manque de vie. Un adolescent, choisit le jaune, pour les mêmes raisons que l'enfant, et un dernier adolescent parle de "couleur du béton et du revêtement du sol".

SAOUTARRIH Salma, Perception de la place par ses habitants à travers une couleur. Grenoble, 2022.

  A cette fin, nous avons demandé aux enquêté.es de donner une couleur à la place Edmond Arnaud, et les avons situées sur la carte ci-dessous, selon leur position dans la place et ses alentours, lors de la conversation. Il est à noter que chaque sujet est à proximité du lieu qu’il fréquente le plus au niveau de la place.

   Nous remarquons que le jaune revient dans tous les emplacements qui est une couleur forte de la culture maghrébine, suivi du gris qui représente des nuances du béton. Il est également à ajouter que les personnes à proximité du centre de la place sont plus prônes à évoquer la verdure. 

Synthèse

   Peut-on parler d’appropriation de l’espace dans la place Edmond Arnaud ? 

   Clairement, une forme d’appropriation a lieu, mais celle-ci semble induire une exclusion d’autres groupes sociaux. 

   Toutefois, il ne serait pas absolument impossible de trouver un juste milieu, en travaillant sur les éléments communs que partagent la majorité. En effet, si les différents groupes sociaux de la place ne semblent pas entretenir de relations particulières, ils cohabitent.

  Il n’est cependant pas évident de faire face aux conflits d’usage sans assurer un sentiment de sécurité, éliminer l’élément de danger. Dans notre cas, il se manifeste par la présence apparente du guetteur qui surveille le passant, la nuisance sonore, les manifestations de violence. Peut-être est-il donc nécessaire d’imposer la concession d’une appropriation de l’espace propre à des groupes d’individus réduits, au profit d’une appropriation limitée mais générale ?



Citer ce billet
BENCHEKROUN Samia, SAOUTARRIH Salma (2022, 22 juillet). Appropriation de l’espace et conflits d’usage : cas de la place Edmond Arnaud, Grenoble. Le Cresson enseigne. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53t

  1. H_B_SS_SB_20220412 []
  2. F_E_SS_SB_20220305 []
  3. H_E_SS_SB_20220312 []
  4. H_E_SS_SB_20220305 []
  5. H_P_SS_SB_20220312 []
  6. La « chamiya » ou « cœur d’amandes » est un type de gâteau originaire du Moyen Orient mais populaire au Maghreb. []
  7. H_E_SS_SB_20220314 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search