Formes de sociabilités et d’usages sur et autour de la place Edmond Arnaud : la perspective de commerçants

 Photographie de la rue Servan : porte d’entrée de la place Edmond Arnaud, par Lucas Petrel, 26 mars 2021

Dans le cadre du module « Urbanités et Ambiances urbaines » et de la recherche PROSECO, nous nous sommes intéressés à la place Edmond Arnaud et avons réalisé une enquête qualitative.

Cela nous a amenés à réaliser deux entretiens avec deux individus qui ont un usage similaire du quartier au quotidien : deux hommes d’environ 30 ans, commerçants dans le quartier. Leur discours a porté sur les relations sociales et les usages de la place Edmond Arnaud.  C’est à l’aune de ces discours que nous allons analyser les ambiances de la place Edmond Arnaud. La première et la deuxième parties présentent successivement les discours de ces deux personnes, dont nous confrontons ensuite les visions.

Un espace oublié au centre de Grenoble

Un premier entretien a été réalisé avec un individu qui fréquente quotidiennement les environs de la place Edmond Arnaud depuis maintenant plus de sept ans.

Sa vision du quartier et de la place a évolué tout au long de ces années. Sa perception de l’espace était neutre pour commencer. Cependant, des barrières visuelles et d’usages se sont vite imposées à lui et celles-ci ont induit quelques barrières physiques, orientant notamment sa façon de se déplacer.

Au tout début quand on est arrivé ici […] c’était une toute nouvelle place donc on avait l’habitude de couper par tous les chemins pour aller au chemin le plus court, ligne droite, et on s’est rendu compte assez rapidement que c’était pas la chose idéale.

H_E_LM_LM_20220302

La présence d’un trafic de drogues “douces” est un marqueur identitaire de cet espace sur les 20 dernières années. La perception des lieux de l’enquêté se fait donc d’abord au travers des différents « commerces » (légaux et illégaux) sur la place et de leurs empreintes. Malgré la récurrence au sein de cet entretien des usages et empreintes du deal, le principal point soulevé par l’enquêté est le fait que cette place est un espace oublié du reste de la ville, organisée autour de la rue Très Cloître, la rue Servan. Ses usages sont ponctuels et rarement définis par les commerces, loisirs ou logements présents, mais davantage par les infrastructures, telles que le commissariat ou la cité administrative, et le centre-ville à proximité. Les individus traversent donc la place sans se soucier des activités présentes.

C’est-à-dire une fois que vous êtes arrivé là au croisement Très Cloîtres-Alma, il y a la cité administrative, et la caserne militaire […], donc il n’y a aucune raison en fait de venir ici.

H_E_LM_LM_20220302

Ce sentiment d’espace marginalisé résulté d’observations visuelles et olfactives à travers des ordures ménagères peu traitées. Néanmoins, l’enquêté porte un regard compréhensif sur la place et les usagers qui l’entretiennent et/ ou souhaitent la mettre en valeur :

 Je sais pas ce que les gens font avec parce que, en fait, il y a souvent des bacs qui ne sont pas là donc il y a aussi souvent l’odeur de poubelle.

Mais en même temps, tous les gens qui s’en occupent ont des problèmes avec le deal donc ils arrêtent de bosser enfin, je suis aussi conscient du fait que ce soit {c’est} compliqué ; du coup, si personne veut bosser, personne ne s’occupe des poubelles et si personne ne s’occupe des poubelles, elles trainent et elles puent.

H_E_LM_LM_20220302

Cette marginalisation ressentie entre en opposition avec le caractère unique que présente cette place, notamment autour de la façade du théâtre Saint Marie d’en Bas. Des événements ont par ailleurs tenté de développer l’attractivité de la place Edmond Arnaud tel que FestiZen, organisé par l’union de quartier. Cependant, la crise de la Covid a mis un terme à cela. L’union de quartier, les festivals et les commerces sont discutés à plusieurs reprises au sein de cet entretien, car la perception de la place de l’enquêté se nourrir de l’observation des usagers.

C’était piétonnisé, il y a eu énormément de monde qui a déambulé (…) Et en fait on avait avec l’Union quartier, on a prolongé rue Servan et rue Très Cloitre. Et du coup, c’était pas mal, quoi, c’était bien.

H_E_LM_LM_20220302

La perception qu’il porte sur cet espace est nourrie par les usagers, les habitants et les personnes de passage sur la place. Les relations sociales construisent l’espace et en développent les règles.

Différentes identités pour ce lieu 

Assez rapidement le discours s’est orienté vers la question des usages illégaux de la place lors du second entretien. C’est sans doute lié au contexte sonore de passation de l’entretien : il était possible d’entendre assez clairement les guetteurs. C’est un élément revenant à plusieurs reprises au long de l’entretien.

On va avoir les exemples sur la bande (sonore), je ne sais pas si on les entend à l’enregistrement mais on les entend pas mal la journée [respiration appuyée] et d’autant plus en ce moment, ça fait quelque temps qu’ils sont de plus en plus nombreux, en tout cas plus en groupe de guetteurs, à trainer ensemble et du coup forcément ça crie un peu plus.

H_E_LM_LM_20220329

La place du trafic semble ici prendre un aspect visuel, un marqueur physique tant de l’usage majeur de l’espace perçu que de son paysage. Néanmoins, cela ne semble pas être perçu comme une menace directe. Au contraire, sans accréditer le trafic, l’enquêté semble porter un regard compréhensif sur la place qu’occupe cette forme d’usage vis-à-vis de sa propre situation.

Par contre voilà moi en tant que commerçant, vraiment je me fais pas embêter c’est sûr que du coup il y a un petit sentiment d’insécurité comme je disais je vais avoir tendance à fermer le local et cetera. Mais au-delà de ça j’ai jamais été embêté par ces mecs, parce que j’ai l’impression qu’ils font leur business et je fais le miens.

H_E_LM_LM_20220329

Cependant, il relativise sa perception et son expérience, considérant n’être pas autant impacté que les habitants des logements entourant la place. Cependant, cet aspect du quartier lui apparaît comme un élément central de l’image que les gens extérieurs en ont.

Et donc du coups y’a une espèce de mur invisible au niveau de la rue Servant, avec la place Edmond Arnaud entre nous. On est un peu entre les deux donc c’est un peu bizarre. Mais y’a ce côté-là de groupe de mecs qui trainent, qui deal et qui crient qui peut être un peu intimidant pour les gens à aller plus dans le quartier je pense.

 H_E_LM_LM_20220329

On ressent que la problématique des trafics, surtout de la présence jugée intimidante des guetteurs, semble agir comme un verrou sur le quartier. Avec d’un côté une forme de pression qui serait vécue et perçue par les habitants et plus largement les usagers de la place. Le marqueur spécifique de cette appropriation de la place serait la présence des guetteurs. L’appropriation semble être perçue comme marqueur d’une séparation dans le quartier entre différents usages et usagers. Cette notion de séparation, de différence, revient notamment dans la question du bâti.

Donc y’a tout le quartier historique qui est assez chargé en histoire avec tous les bâtiments qu’on voit assez… qui sont des vieux bâtiments qui sont jolis. […] Et après effectivement on a cette partie où on est plus de l’autre côté avec les logements sociaux, où y’a plus cette même cohérence et du coup bah y’a un côté un peu sympa aussi de décalage entre les deux.

H_E_LM_LM_20220329

Le quartier semble ici perçu comme en équilibre entre deux fonctionnements principaux : entre une partie historique connectée avec le quartier des antiquaires, reposant justement sur des activités d’artisanat et d’art, et une partie composée de logements sociaux qui seraient plus propices aux activités des guetteurs. La rue Servant est liée au quartier des antiquaires plus attractif pour les personnes extérieures au quartier.  En effet, le second enquêté considère que les usages du quartier rendent compte d’une forme de fragmentations des usagers avec des séparations fines qu’il fait entre les habitants, les guetteurs, les personnes traversant le quartier, les clients des commerces ainsi que les employés de la cité administrative. Cette séparation se perçoit dans le récit même de l’enquêté : notamment son désintérêt pour la place et son manque de pratique de celle-ci, qui marquent un détachement malgré la proximité spatiale et une connaissance du quartier assez développée. Son énumération des usages et des lieux semble marquer une spatialisation des usages assez forte avec une limite au niveau de la place « repoussant » les personnes extérieures. De ces constats détaillés au fil des question, il en retire la nécessité de travailler cette question de la séparation des espaces et usages à partir de celle plus large de la connexion entre les individus.

Mais c’est difficile de mélanger un petit peu tout ça dans des espaces déjà existants. Je pense que du coup, recréer des dynamiques, recréer des liens ça doit être des enjeux … Parce que, ce que je te disais c’est que y’a beaucoup de sphères différentes qui gravitent un peu dans ce lieu-là et les gens ne connectent pas forcément ensemble.

H_E_LM_LM_20220329

Pour conclure

Les deux enquêtés notent que la place Edmond Arnaud est marginalisée dans Grenoble. A l’est se trouvent la caserne militaire et la cité administrative, à l’ouest le centre-ville de Grenoble et au sud le quartier des antiquaires. La place en devient donc un espace de passage dont les usagers ne font pas attention. Cela permet à des usages illicites de se développer, renforçant ainsi le cloisonnement du quartier. 

Leurs perceptions sensibles ne se font pas sur une définition des qualités de l’espace, mais davantage sur une observation des usages. Les usages illicites apparaissent comme conséquences des dynamiques du lieu, d’une connexion profonde entre les espaces du quartier que nos deux interlocuteurs ont perçu par leur expériences. Cela révèle un espace qui pour eux se trouve au croisement de différentes réalités bâties et humaines.

P.S. : Les citations sont des extraits des entretiens réalisés. Chaque partie représente la parole d’un individu enquêté.

Cite this article as: Louis Mathieu, Lucas Petrel, "Formes de sociabilités et d’usages sur et autour de la place Edmond Arnaud : la perspective de commerçants," in Le Cresson enseigne, 22/07/2022, https://ehas.hypotheses.org/5380.

Auteurs : Louis Mathieu et Lucas Petrel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search