La place Edmond Arnaud et ses environs, discours d’une mère de famille

L’expérience sensible est située : propre à chacun, ici une mère de famille de deux enfants, et lié à un espace, ici la place Edmond Arnaud à Grenoble. Mais que nous révèle-t-elle sur l’appréciation et l’appropriation que l’on se fait des espaces du quotidien ?

Etudier le sensible sur la place Edmond Arnaud

Le sensible peut se définir, selon Théa Manola1, au croisement de trois éléments distincts mais indissociables : le signifiant (renvoyant au sens, à la qualité, accordée à l’expérience), le sensoriel (lié aux cinq sens) et le qualifiant (c’est-à-dire les émotions et les affects). L’expérience sensible est alors à la fois perception, interprétation, rapport affectif et émotionnel. Indirectement, elle correspond aux représentations que l’on se fait du monde, et par-là même fait action sur le monde.

Ici, nous nous intéressons à l’expérience sensible de la place Edmond Arnaud, dans l’hypercentre grenoblois. Cette place, qui peut être qualifiée d’espace public en zone urbaine dense, a été réaménagée entre 2020 et 2021. Nouvellement rénové, ce lieu fait l’objet d’une recherche menée par le laboratoire Cresson, pour laquelle nous intervenons en tant qu’étudiantes.

Après avoir arpenté la place, nous avons rencontré une mère de famille qui a accepté de réaliser avec nous trois méthodes d’enquête que sont le parcours commenté, le baluchon sensoriel et l’entretien ouvert. A travers ces éléments récoltés, une problématique peut alors se dégager : dans quelle mesure le statut de mère et les lieux de vie quotidiens influencent-ils la perception et l’appréciation qu’a l’enquêtée de la place Edmond Arnaud et de ses environs ? 

Nous proposons d’apporter des éléments de réponse quant à cette question en nous basant sur les matériaux récoltés dans le cadre de cette enquête.

Statut social et expérience résidentielle, un impact sur les perceptions

Il existe une récurrence de certains sujets dans le discours de notre enquêtée. En effet, les thématiques de la famille, de l’écologie, de la sécurité ou encore des déchets semblent structurer le discours de notre interlocutrice, et l’appréciation du territoire s’effectue à travers leur prisme. Cela se traduit notamment dans le discours par la prépondérance des champs lexicaux se référant aux thématiques précitées. Ici, notre analyse se concentrera sur les thématiques de la situation familiale et du sentiment d’inconfort suscité par cet espace. 

Rôle de mère et usage de l’espace

Il est tout d’abord intéressant de constater que la principale raison qui amène l’enquêtée à circuler dans les environs de la place Edmond Arnaud est de devoir chercher ou déposer son enfant à la crèche. Sinon, il lui arrive de passer dans les lieux quand elle se rend “en ville” mais cela reste rare, car elle préfère emprunter la rue Bayard pour effectuer le trajet. Également, la thématique de la sécurité et l’insécurité apparaît dans le discours de l’enquêtée, surtout lors du parcours commenté. Ce sont sur ces aspects que nous allons nous attarder. 

A plusieurs reprises, l’enquêtée fait mention du fait que son trajet ainsi que les usages qu’elle fait de l’espace sont orientés par ses enfants. Elle nous affirme notamment passer dans les endroits que ces derniers apprécient en raison de la présence de jeux, nous évoque l’organisation du goûter des enfants dans le jardin de l’ancien évêché, ou aborde le potentiel danger que représentent certains lieux, comme l’illustrent les citations suivantes :

Je trouve que c’est un peu dangereux avec les petits, enfin mon petit il fait un peu n’importe quoi, il a deux ans.” F_P_AD_IJ_VV_20220324

J’aime bien venir là aussi avec les petits, c’est sécurisé, ils peuvent courir. C’est pas le plus bel endroit mais bon pour jouer c’est très bien.” F_P_AD_IJ_VV_20220324

Par ailleurs, elle confie ne pas trouver d’intérêt à utiliser ou s’arrêter dans le quartier de l’Alma en dehors d’une attention émanant de ses enfants.

“Je ne vais pas du tout m’arrêter dans le quartier en fait si je suis seule ; voilà, parce que j’ai rien à faire spécialement et avec les enfants, si, oui, parce qu’ils vont me demander de s’arrêter là, ici, grimper sur le mur […]” F_E_AD_IJ_VV_20220407

Ainsi, le fait qu’elle ait de jeunes enfants influence de manière évidente la façon dont l’enquêtée se représente les espaces.

Au-delà de l’influence de sa position de mère, les lieux dans lesquels elle réside ou a résidé semblent également peser sur la perception et l’appréciation que se fait l’enquêtée des espaces traversés.

Inconfort social et effet de frontière

Le discours que tient notre interlocutrice fait transparaître l’existence d’une certaine frontière, frontière manifestant une différenciation entre des modèles et des systèmes de normes. Ainsi, il existe des effets de frontière qui sont liés aux différences normatives. La frontière, dans le cas présent, se matérialise par l’inconformité de l’usage qui est fait de cet espace par rapport à l’usage projeté par l’enquêtée. Les propos suivants l’illustrent bien.

“Euh… quartier de l’Alma j’aime pas trop l’ambiance […] je ne me sens pas forcément très bien dans le quartier de l’Alma par rapport des fois aux gens qu’il y a, la fréquentation des gens qui traînent tout ça.” F_E_AD_IJ_VV_20220407

En traçant le parcours effectué, nous remarquons que la rue Très-Cloîtres est l’une des seules rues du périmètre d’étude où l’enquêtée ne nous a pas amenées lors du parcours commenté. Cela témoigne du fait qu’elle n’apprécie pas cette rue, dont elle fait mention à plusieurs reprises lors de l’entretien ou du parcours. Par ailleurs, lors du parcours commenté, la présence de déchets à certains endroits a interpellé notre interlocutrice et l’a amenée à développer, surtout lors de l’entretien qui a suivi, l’importance qu’elle accorde à cette question :

“Je trouve que c’est très sale ce coin-là. Donc là non je ne m’y arrête pas, franchement ça ne me donne pas envie de m’y arrêter.” F_E_AD_IJ_VV_20220407

Cette thématique a également été soulevée dans le journal sensoriel recueilli. On y trouve en effet une photographie d’un dépôt de déchets à proximité de la place Edmond Arnaud, agrémentée de propos exprimant les sensations et sentiments de l’enquêtée. 

Enfin, à plusieurs reprises, elle effectue spontanément des comparaisons avec ce qu’elle estime être son espace résidentiel, son quartier, et l’explicite d’ailleurs : 

“D’accord, bah moi j’aurai tendance à comparer avec mon lieu de vie à moi actuel” F_E_AD_IJ_VV_20220407

Le parcours commenté illustré

Itinéraire du parcours commenté représentant les points d’arrêt marqués par l’enquêtée, réalisé par DAGORNE Annelyse, IGLESIAS Justine et VIT Victoria, 24 mars 2022

L’illustration ci-dessous s’inspirant de la forme d’une coupe vise à rendre compte des principaux endroits où l’enquêtée a exprimé une appréciation durant le parcours commenté. Elle suit chronologiquement le parcours effectué et est accompagnée de verbatims. 

Représentation du parcours commenté, points d’arrêts et verbatims, réalisée par DAGORNE Annelyse, IGLESIAS Justine et VIT Victoria,
25 avril 2022

Un espace public faisant l’objet de difficultés d’appropriation

Cette étude nous a permis d’effectuer une observation directe rendant compte des conflits d’appropriation de cet espace public. Ainsi, il semblerait que l’activité de trafic illicite qui s’y tient ainsi que la saleté relative de cet espace et de ses environs contribuent à faire obstacle à une appropriation de la part d’individus au profil comparable à celui de notre enquêtée. Les matériaux recueillis sont très intéressants pour évoquer les difficultés d’appropriation dont un espace peut faire l’objet. La nature de ces difficultés réside dans les trois dimensions qui composent la sensibilité ; à savoir le sensoriel, le signifiant et le qualifiant. En effet, l’espace de la place Edmond Arnaud et ses alentours ne suscitent pas de stimuli, ni de sentiments jugés “agréables” par notre interlocutrice. Au contraire, les éléments connotés négativement par l’enquêtée sont ceux prenant le plus de place dans son discours : un environnement qui n’est pas adapté aux usages de ses enfants d’une part ; d’autre part, un environnement repoussant de par la présence d’individus et d’objets jugés de manière péjorative. Le résultat : un évitement de cet espace

Ces propos et constats rejoignent les analyses effectuées par Thierry Ramadier2 qui se penche sur la manière dont les ségrégations de l’espace sont intériorisées et la manière dont cela se traduit dans l’espace. Ainsi, selon ce chercheur, deux conditions socio-cognitives jouent un rôle capital dans la façon dont est perçu un espace par son usager : les positions sociales de l’individu d’une part, et le statut socio-cognitif des lieux d’autre part, qui concerne le lieu de résidence, le lieu de travail, le lieu où l’on a grandi, ou autre lieu symbolique auquel l’individu va se référer. Il existe donc une correspondance entre catégorisations sociale et spatiale, correspondance étant à l’origine d’effets spatiaux et comportementaux. Si l’on effectue le parallèle avec le profil de notre enquêtée, on s’aperçoit qu’elle fait effectivement le lien avec ses enfants, de par son statut de mère, et effectue fréquemment des comparaisons avec ce qu’elle considère être son quartier de résidence ou encore ses expériences résidentielles antérieures.

Cite this article as: DAGORNE Annelyse, IGLESIAS Justine, VIT Victoria, "La place Edmond Arnaud et ses environs, discours d’une mère de famille," in Le Cresson enseigne, 26/04/2022, https://ehas.hypotheses.org/5406.

Références bibliographiques

  1. MANOLA, Théa. 2020. Une invitation à (re)penser les enjeux écologiques par le sensible. Diversité [en ligne]. n°198, pp.121-126. Disponible sur : hal-03258533v2 []
  2. RAMADIER, Thierry. 2020. Articuler cognition spatiale et cognition environnementale pour saisir les représentations socio-cognitives de l’espace. Revue Internationale de Géomatique [en ligne]. Disponible sur :  halshs-03286550 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search