Les usages liés aux espaces verts de la place Edmond Arnaud

La méthode d’analyse de la place Edmond Arnaud à Grenoble

Dans le cadre du cours “Urbanités et ambiances de l’espace public”, il nous a été demandé d’effectuer un entretien, un baluchon et un parcours commenté avec des personnes et / ou habitants de la place Edmond Arnaud à Grenoble, dans le quartier de l’Alma. 

Après trois mois de travaux pour restaurer et créer un nouveau visage à la place Edmond Arnaud, la place a-t-elle réellement changé ? Les buts recherchés étaient de favoriser le lien entre les parties basse et haute de la place, de l’animer avec la création de plusieurs petits “salons urbains”, d’apporter davantage de végétation avec l’installation de massifs végétalisés et la plantation de nouveaux arbres. Le pari a-t-il été réussi ? La place a-t-elle retrouvé une nouvelle image ?  

Lorsque nous sommes arrivées sur la place, il nous a été très compliqué de trouver des personnes voulant bien réaliser ces travaux. De plus, nous nous sentions très mal à l’ais sur la place. Puisque les personnes qui s’y trouvent en permanence se connaissent toutes. Les personnes “étrangères” à la place ou les non-habitués du lieu se sentent vite mal à l’aise et observés. Malgré ces contraintes, nous avons réussi à trouver deux jeunes gens pour nous aider à analyser la place Edmond Arnaud en effectuant l’un ou plusieurs des dispositifs d’enquêtes. 

Après avoir réalisé l’entretien et le baluchon avec une même personne, puis le parcours commenté avec une seconde, nous nous sommes rendus compte lors de la retranscription écrite que le thème de la nature et du végétal revenait souvent. Ces deux grenoblois étaient tous deux très sensible aux espaces verts qui occupaient leurs quartiers et plus largement la ville de Grenoble. Les deux habitants utilisaient les espaces verts de la même manière : pour le sport en plein air. Afin de profiter du beau temps et de pratiquer une activité physique. Les deux personnes semblaient beaucoup influencées par la végétation se trouvant en ville. Ces dernières appréciaient particulièrement les vues directes sur les parcs, la Bastille, les espaces végétalisés… La nature en ville semblait importante pour eux.  

Par le biais de ces retranscriptions, nous nous sommes interrogées sur les différentes manières dont les espaces verts en ville étaient utilisés. Et quel lien entretenaient-ils avec les habitants ? Cette question parue très actuelle du fait de la crise sanitaire de la Covid-19, durant laquelle les espaces extérieurs en ville ont joué un rôle catalyseur dans le bien-être de la population. Cette période de pandémie et de confinement a réellement réinterrogé le rôle des espaces extérieurs en ville. L’analyse de la place Edmond Arnaud permettra d’identifier les différents usages que font les citadins des espaces extérieurs urbains. 

Contexte des espaces verts en ville

Depuis quelques années, nous voyons émerger de plus en plus de mesures voulant réintégrer la nature en ville. La végétation prend peu à peu une place importante dans le tissu urbain des plus grandes villes de France. La cause à de nombreuses études qui ont démontré le lien positif qu’exerce la nature sur l’Homme et le besoin de réintégrer de la végétation petit à petit en ville pour ses effets sur le micro climat. Le fait d’avoir un espace végétalisé près de chez soi en ville incite les individus à sortir et pratiquer une activité physique à l’extérieur. Elle leur permet aussi de créer des liens sociaux et d’apprécier la nature.  

Dans le monde, 1,6 millions de personnes meurent chaque année à cause d’un manque d’activité physique. Des études ont prouvé que les citadins ayant des espaces verts à proximité de leur lieu de vie les inciteraient davantage à faire de l’activité physique (la marche et le jogging plus particulièrement). Ce qui sur le long terme favoriserait la baisse des maladies cardiovasculaires, lutterait contre le diabète et l’obésité. Les espaces verts en ville ont donc une incidence sur la santé et le bien-être des habitants. Le fait de sortir en plein air faciliterait aussi les échanges avec autrui, ce qui limiterait l’augmentation des personnes atteintes de dépression et d’anxiété sociale.  

De plus, depuis quelques années, il y a une certaine émergence des maladies touchant le mal-être physique et mental chez l’homme, davantage depuis la crise sanitaire. Les espaces verts se retrouvent être une opportunité pour se sentir “mieux”. 

Selon une étude UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage) sur Les villes les plus vertes de France, de 2014, 31 m² correspondait à la superficie moyenne des espaces verts dans les 50 plus grandes villes de France auxquels les habitants ont accès. Et en 2014, 540 ha correspondait à la surface moyenne d’espaces urbains compris dans les 50 plus grandes villes de France.  

Pour rappel, la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) de 2001, vise “la (re)densification des espaces bâtis pour arrêter l’étalement et le grignotage des espaces naturels et agricoles par la Ville, la conservation de la biodiversité, et enfin la mixité sociale souvent réduite dans les esprits au ratio de « 20 % de logements sociaux ». […] Ce point intervient davantage sur la façon de concevoir les plans d’aménagement des territoires.” Toujours dans un désir d’intensifier les espaces naturels en ville, les lois Grenelle 1 et 2 commencent à se mettre en place dans les années 2000. Elles mettent l’accent sur les questions environnementales et favorisent une politique en faveur du développement durable. Les lois se soucient de la préservation de la biodiversité en ville et dans les nouveaux projets d’aménagement urbains. L’idée première est de laisser la faune et la flore se propager librement. Les trois piliers en faveur de l’écologie et la biodiversité dans les futurs projets urbains sont : “-la création de corridors écologiques, -la création de zones tampons, -la restauration des espaces verts en ville”.

Plan masse échelle 1/500 des espaces verts de la place Edmond Arnaud

L’usage des espaces verts en ville selon l’éthnoécologue Sandrine Manusset

Tout d’abord, nous allons donner une définition simple et concise d’un espace vert. Ce dernier se définit comme étant une superficie entourée d’un environnement bâti et / ou urbain, à dominance végétale ou bien d’origine naturelle. 

Sandrine Manusset, éthnoécologue, a recensé, dans Impacts psycho-sociaux des espaces verts dans les espaces urbains, trois usages des espaces verts grâce à la lecture croisée de différents résultats.  

Les trois logiques d’usages des espaces verts en ville :

“Je vais dans un espace vert pour…” (Schipperijn, 2010)“Un espace vert, c’est…” (Graham, 2004)
Logique Psychologique
“Recherche de Soi”
– Prendre l’air et profiter du soleil
– Se détendre
– Faire une activité physique
– Avoir de la tranquillité
– Jardin agréable
– Espace
– Sérénité
Logique Sociale
“Recherche de l’Autre et des Autres”
– Faire quelque chose en famille ou avec des amis– Lieu collectif
– Lieu festif
– Lieu culturel
Logique Ecologique
“Recherche de la Nature”
– Observer la Nature au fil des saisons– Sauvage
– Biodiversité
Tableau issu des recherches de l’éthnoécologue Sandrine Manusset publié dans Psychosocial Impacts of Green Spaces on Urban Spaces

D’après cette grille, il existe trois usages des espaces verts urbains. Nous allons par la suite, les décrire davantage. 

Logique psychologique

Le premier usage des espaces verts recherché est surtout tourné vers soi. Nous allons en direction d’un espace vert pour y faire une activité ou pour trouver un bien-être personnel. Le bien-être cherché s’est surtout révélé et accentué durant la crise sanitaire qui a commencé en 2019. Durant le confinement très restrictif de mars 2020, les Français ne devaient pas sortir de chez eux, quelque soit le lieu et l’habitat où ils vivaient. C’est-à-dire que les personnes vivant dans un 20 m² en ville sans extérieur et les personnes vivant à la campagne avec jardin attenant devaient respecter les mêmes règles. Durant ce confinement, nous ne devions pas sortir à plus de un kilomètre à la ronde de notre habitat, ce qui nous a permis en ville comme en campagne de redécouvrir les espaces naturels à proximité. Ces espaces étaient oubliés puisque nous ne les remarquions plus à cause de la routine quotidienne. Cette restriction de périmètre nous a permis d’apprécier davantage l’espace en extérieur et les espaces ouverts. De plus, durant cette “parenthèse de vie”, en ville, les espaces verts étaient très appréciés du fait que le printemps venait de s’installer et les jours étaient rythmés par le beau temps. Les Français confinés avaient besoin de sortir pour trouver un échappatoire.

Logique sociale

Le deuxième usage des espaces verts recherché par l’homme est le besoin d’interaction sociale avec autrui. Ce qui correspond au besoin d’appartenance que dégage l’homme. Ce qui l’incite à créer des liens avec d’autres personnes pour se sentir accompli. Par exemple lors de notre visite sur la place Edmond Arnaud, nous avons été surpris de voir autant de personnes âgées regroupées à discuter et se prélasser au soleil. Les premières personnes à les utiliser sont les personnes âgées, surtout celles isolées qui cherchent à rencontrer d’autres individus. Les espaces ouverts urbains participent aux interactions sociales et au désir de rencontre. Près de la place, lors du parcours commenté, la personne nous a emmené vers un terrain de jeu réservé aux enfants. Cet espace était rempli d’enfants, ils jouaient, riaient et couraient. Les parents étaient adossés le long des jeux, à les surveiller.

Plan masse échelle 1/500 des interactions sociales au sein de la place Edmond Arnaud
Image d’Elsa Douine tirée du parcours, Place Edmond Arnaud, 15.04.2022
Image d’Elsa Douine tirée du parcours, Place Edmond Arnaud, 15.04.2022

Logique écologique

Le troisième usage des espaces verts recherché en ville est le besoin de se rapprocher de la nature. C’est à travers nos sens que la nature s’éveille. Grâce à l’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher et parfois le goût, l’homme rentre en contact direct avec elle. Il se crée une certaine relation entre eux. Celle-ci se forme vis-à-vis du passé et de l’histoire personnelle de chacun. Nous sommes tous différents les uns des autres et ressentons la nature de façon opposée. La nature provoque chez l’homme des émotions et des sensations différentes. Ces sensations procurées sont propres à notre histoire personnelle et à notre vision.  

Selon Andy Fisher, psychothérapeute, “La matière subjective de l’écopsychologie n’est ni l’humain, ni le naturel, mais l’expérience vécue de l’interrelation entre les deux, que la nature en question soit humaine ou non-humaine.” 

Selon Gabriel Moser, psychologue, “la psychologie environnementale est l’étude des inter-relations entre l’individu et son environnement physique et social, dans ses dimensions spatiales et temporelles.” 

Par exemple, dans mon entourage, je connais des personnes pour qui, faire son “petit tour” quotidien dans les bois près de chez elles est primordial pour leur bien-être. Elles se sentent relaxées, détendues et moins stressées après cela. Ce nouveau mode de vie a surtout vu le jour, suite à la Covid-19, et la place grandissante du télétravail. Les personnes travaillant habituellement dans les bureaux, devaient rester chez elles. Par cette interdiction, le besoin de sortir, s’aérer est devenu de plus en plus fort. Surtout avec la sédentarité dont elles étaient condamnées.

Image d’Elsa Douine tirée du parcours, Place Edmond Arnaud, 15.04.2022

Bibliographie

GUERIN, Patrick ; ROMANENS, Marie. 2015. La relation Homme-Nature [en ligne]. Eco-Psychologie [consulté le 20 Avril 2022]. Disponible sur : https://eco-psychologie.com/la-relation-homme-nature/#basdepage 

MANUSSET, Sandrine. 2012. Impacts psycho-sociaux des espaces verts dans les espaces urbains [en ligne]. OpenEdition [consulté le 21 Avril 2022]. Disponible sur : https://journals.openedition.org/developpementdurable/9389#authors 

BOLON, Isabelle ; CANTOREGGI, Nicolas ; SIMOS, Jean ; RUIZ DE CASTANEDA. 2019. Espaces verts et forêts en ville : bénéfices et risques pour la santé humaine selon l’approche “Une seule santé” (One Health) [en ligne] dans Santé Publique. Cairn.info [consulté le 21 Avril 2022]. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2019-HS1-page-173.html#no4 

RUGEL, Emily. 2015. Espaces verts et santé mentale : liens, répercussions et lacunes [en ligne]. CCNSE.CA [consulté le 21 Avril 2022]. Disponible sur : https://ccnse.ca/sites/default/files/Revue-Espaces_verts_sante_mentale_mars_2015.pdf 

LAILLE, Pauline. 2017. Les effets du végétal sur le cadre de vie et la santé humaine [en ligne]. Hortis [consulté le 21 Avril 2022]. Disponible sur : https://www.hortis.fr/images/-Hortis/Publications/HS_COVID/HS_COVID-LYON-ARTICLE_LAILLE.pdf 

LONG, Nathalie ; TONINI, Brice. 2012. Les espaces verts urbains : étude exploratoire des pratiques et du ressenti des usagers [en ligne]. OpenEdition [consulté le 22 Avril 2022]. Disponible sur : https://journals.openedition.org/vertigo/12931 

 Eco-Psychologie. Date inconnue. Définitions de l’écopsychologie [en ligne]. Eco-Psychologie [consulté le 22 Avril 2022]. Disponible sur : https://eco-psychologie.com/definitions-de-l-ecopsychologie/ FONTANA, Julie. 2021. La place Edmond-Arnaud change de visage [en ligne]. Gre.mag [consulté le 22 Avril 2022]. Disponible sur : https://www.gre-mag.fr/breves/amenagements-place-edmond-arnaud/



Citer ce billet
Emilie Couronné, Elsa Douine (2022, 22 juillet). Les usages liés aux espaces verts de la place Edmond Arnaud. Le Cresson enseigne. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search