Quand on partage, on n’est jamais pauvre

Sur la place Edmond Arnaud, à Grenoble, le 14 mars 2022.

Il est 10 heures et la place se réveille aux passages de ses usagers : des personnes âgées, des enfants, des adolescents… 

Nous, les enquêtrices, nous sommes attablées dans le café-restaurant, face à la place. On regarde d’un œil curieux et interrogateur la place qui s’anime. Nous sommes ici, avec notre thé à la menthe et entre des grands-pères parlant arabe, nous observons in-situ.

Cette observation in-situ est définie par Stéphane Martineau comme un outil de cueillette de données où le chercheur devient le témoin des comportements des individus et des pratiques au sein de groupes en séjournant sur les lieux même où ils se déroulent (Martineau, 2005). 

Par cette enquête, nous tentons d’observer la posture d’ethnographe et cherchons à nous immerger dans ce lieu inconnu. Alors, regardant cette place, nous allons bientôt y entrer et tenter de la vivre de la manière la plus réaliste possible. Oublier qui on est pour embrasser la vie des personnes qui ne sont pas du même cadre culturel. Nous tentons ici de nous immerger, avec le plus d’honnêteté possible, dans cet espace, ce terrain d’enquête qui nous est offert. Par la rencontre avec un usager, nous ferons preuve de curiosité afin d’interroger l’habituel, le quotidien et les perceptions sensibles de ce terrain. Il ne s’agit plus de voir l’exotique, mais “l’endotique” (Perrec, 1989) de la place Edmond Arnaud.

C’est ici, dans la lumière vive de la matinée, que nous rencontrons celui qu’on nommera Lakhdar par souci d’anonymisation. Il a une cinquantaine d’années, grand, mince et la peau brune. Avec son grand sourire et son ton jovial, il se définit comme un “homme orchestre” (H_E_AM_CA_20220314). Il sera notre guide pour comprendre les dynamiques et les perceptions des usagers de la place. Par la réalisation de la triple enquête entretien-parcours-baluchon, il nous ouvre la porte de ce quartier de Grenoble.  

Au cours de ces enquêtes, il sera toujours très critique, mais néanmoins optimiste, sur les politiques publiques d’aménagement. Dès lors, nos échanges et nos cheminements à travers le quartier nous permettent de mettre en avant quelques dimensions sensibles de la place Edmond Arnaud : l’importance des matériaux et du souvenir dans les perceptions, les “barrières invisibles” et leur matérialisation ainsi que le café-restaurant, présenté comme un “lieu d’émotions positives”.

La pierre & le souvenir

Avec Lakhdar, nous réalisons l’entretien dans le jardin de la maison de quartier, proche de la place Edmond Arnaud. Au cours de nos échanges, il met l’accent sur l’importance du rapport à la matière. En effet, selon l’enquêté, la matière est porteuse de sens. 

Sur une dimension temporelle, il la différencie du béton par sa durabilité. Et, en termes sensoriels, il la qualifie de “magique”. Il insiste sur la pierre comme porteuse d’une “histoire“ et d’une “identité” qui lui donne un “cachet”.

Cette histoire, que met en avant le rapport à la pierre, fait également resurgir des souvenirs. Ceux-ci sont liés aux rapports sensibles qu’entretient Lakhdar avec les lieux de son enfance. Il nous explique : “Bah c’est la pierre ! Moi je suis de Vienne à la base. Vienne est une des plus grandes cités gallo-romaines d’Europe. Donc, des pavés, des pierres, tout ça moi ça me parle” (H_P_AM_CA_20220329).

Au cours de l’entretien, il met l’accent sur le savoir-faire que nécessite la mise en œuvre de la pierre. Celle-ci n’est plus un simple matériau, mais elle connote des “mains” et des “gens qui connaissaient leur métier” (H_E_AM_CA_20220314). Encore une fois, ce ressenti fait appel à ses souvenirs : “Moi j’ai eu à travailler dans le bâtiment”, explique-t-il. Il nous invite, en tant que futures architectes, à aller toucher ce matériau et à prendre conscience de son importance.

Le rapport sensible que Lakhdar entretient avec les lieux semble lié non seulement au toucher, mais également à la vue. En effet, la vue des voûtes bordant la place lui “rappelle un peu ce qu’il y a au pays” (H_E_AM_CA_20220314). Conjointement avec les fresques, il trouve ces embellissements plaisants mais néanmoins trop superflus. Il les qualifie “d’amélioration de l’habitat” (H_E_AM_CA_20220314).

Photo du foyer des étudiants – la résidence internationale, Anna Morozova, avril 2022

Les “barrières invisibles”

Au cours de nos échanges avec Lakhdar, celui-ci fait ressortir ce qu’il nomme comme des “barrières invisibles”. Ces barrières sont matérialisées dans son discours par la différenciation de trois catégories. Tout d’abord il y a “les gens”, les plus démunis, ceux dont il a fait partie il y a quelques années. Ce sont “ces gens” que l’on croise à l’accueil SDF lors de notre parcours. Puis, il y a les “habitants du quartier”, ceux qui pratiquent la place et les environs. Et pour finir, il y a “eux” ou “ils” qui représente généralement les politiciens et les travailleurs sociaux. 

Dans son discours, jamais Lakhdar ne s’identifie à aucune de ces catégories. Bien qu’il pratique le quartier quotidiennement, il se considère comme “usager”, en opposition aux “véritables habitants”.

Il explique alors que “eux” sont “chacun derrière leurs murs” ou dans “leur tour d’ivoire” (H_E_AM_CA_20220314). 

“Les gens”, quant à eux, sont victimes de “rapports de forces”, comme à “l’accueil du vieux temple”. “Ca c’est la misère, explique-t-il. Les gens quand ils ont faim, ils sont à cran, ils ont des problématiques sociales, ils sont à cran… Je pense que là au niveau du quartier les gens ils ont encore du lien alors que les gens isolés en général ils sont perdus tout seuls”.

L’expression de ces “barrières” est alors bien visible dans le quartier. Selon Lakhdar, le cas du foyer étudiant, une résidence internationale installée dans un bâtiment patrimonial l’illustre parfaitement (H_P_AM_CA_20220329). Il incite alors toutes et tous à venir se “rencontrer hors les murs”.

Le café, un lieu “d’émotions positives” créateur de “passerelles” 

Afin de se rencontrer, Lakhdar insiste sur l’importance d’un lieu dédié à la rencontre, le café-restaurant. Sa réouverture a, selon-lui, considérablement transformé les dynamiques de la place. Ainsi, dans ce lieu, les “barrières invisibles” ressenties, celles qui sont ”psychologiques”, semblent ici s’atténuer. Dès lors “le fait qu’il y ait la place, sur la place la rénovation, et l’ouverture du café, ça commence à créer des passerelles” (H_E_AM_CA_20220314).

Ainsi, quand il parle du café, il parle de “solidarité intergénérationnelle au sein des habitants du quartier et de la communauté maghrébine”. Au-delà de ce lieu, “c’est chacun dans sa tour d’ivoire” s’insurge-t-il. Il qualifie ce phénomène de “logique de groupes” (H_E_AM_CA_20220314).

Dès lors, ce café, par son ouverture sur l’extérieur permet de mettre les gens en relation. ”Pour que les gens fassent tomber les barrières dans leur tête, il faut qu’il y ait des lieux de rencontre”, explique-t-il (H_E_AM_CA_20220314).

De ce fait, la réouverture du café permet de créer des “émotions positives” : “Moi quand je suis au café, depuis qu’ils l’ont réouvert, je suis content”. “L’esprit du café” comme lieu de rassemblement est ici très important : “Dans les cafés, toute une population se retrouvait; c’était ici que l’on pouvait recevoir le courrier, avoir des nouvelles du pays, c’était une animation riche. Il y avait beaucoup de tendresse; pour eux, nous étions un peu les enfants qu’ils avaient laissés au pays” cite-t-il.

Dans ce lieu, il y a alors “toujours un très fort lien affectif”.

Le café occupe une place centrale dans nos échanges avec Lakhdar : “Maintenant à l’intérieur du café, il y a tous les gens qui habitent le quartier qui y viennent,  il y a des gens qui habitent à l’autre bout de l’agglomération qui y viennent aussi comme moi. C’est transversal quoi. C’est vraiment transversal, les générations, les jeunes qui sont nés, issus de la communauté maghrébine mais qui sont nés en France, avec ceux qui sont arrivés là du Maghreb il y a 10 ans, 5 ans, 20 ans… Donc il y a des publics qui se rencontrent là, alors qu’ailleurs dans le meilleur des cas on se salue” (H_E_AM_CA_20220314)

 

La photo du café, prise par l’enquêté dans le cadre du baluchon, avril 2022

Pour conclure, pour Lakhdar, ce quartier révèle une dimension salvatrice. En effet, ayant traversé des moments difficiles il y a quelques années, “c’est ce quartier qui m’a permis de relever la tête et de ne pas finir au caniveau !”. Ainsi, par sa dimension “conviviale” et de “partage” la place Edmond Arnaud, favorise les interactions sociales. Et, “quand tu partages, tu n’es jamais pauvre”, conclut Lakhdar.

Bibliographie

Martineau S. « L’observation en situation : enjeux, possibilités et limites », Recherches qualitatives n°2. 2005.

Perrec G. « Interroger l’habituel ». In : L’infra-ordinaire. 1989.



Citer ce billet
Cloé Ando, Anna Morozova (2022, 22 juillet). Quand on partage, on n’est jamais pauvre. Le Cresson enseigne. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search