La cigarette, facteur d’exclusion sur la place Edmond Arnaud

Diverses réflexions ont abordé l’urbanisme sensoriel mais en pratique, celui-ci n’est que très peu appliqué (Manola, 2013a). En effet, les politiques publiques d’aménagement prennent peu en compte le sensoriel dans l’action urbaine et ont souvent une vision pratique et design de l’espace. Cependant, durant ces dernières décennies, la question du sensoriel dans la ville apparaît  (Manola, 2013b). Mais certains sens sont plus mobilisés que d’autres. Le sens le plus abordé est la vue alors que les autres sens ne sont pas évoqués ou bien seulement lorsqu’il y a une évocation d’aspects négatifs de l’espace (Manola, 2013a). Par exemple, l’odeur des pots d’échappement, le bruit des embouteillages, …

Le projet Proseco

C’est pourquoi, le projet PROSECO (Production Sensible des Projets Urbains Contemporains) a été créé en 2020. Il consiste à comprendre la place du sensible dans l’action urbaine, de son élaboration jusqu’à l’expérience pratique de ce lieu. Pour répondre à ses objectifs, différents outils sont mis en place comme les enquêtes auprès de professionnels de la production urbaine, des habitants et usagers de l’espace. Ces enquêtes se déclinent en entretiens, parcours, baluchons, ethnographies, … (AAU, n.d.).

Le baluchon

En ce qui concerne notre travail d’étude, il a consisté à réaliser un entretien, un parcours et un baluchon sensoriel avec les personnes fréquentant la place Edmond Arnaud. (AAU, n.d.). Ces méthodes consistent à récolter les expériences, sensations et sentiments d’une personne qui pratique la place. En ce qui concerne le baluchon, il se compose d’un livret où la personne peut écrire, dessiner, faire des collages, prendre des photos, faire des enregistrements sonores… Il a été délivré à 1 personne (F_B_CM_AC_20220412) qui a rempli le carnet pendant 5 jours. Pour le bon déroulement de l’enquête, nous l’avons vu avant l’expérience pour lui donner les consignes et les objectifs de cette méthode d’enquête. Puis, 7 jours après, nous lui avons posé des questions sur son expérience du baluchon et ce qu’elle a vécu durant cette semaine en autonomie.

Dans cet article, nous allons nous attarder sur la méthode du baluchon et plus particulièrement sur les ressentis mobilisés pour évoquer la cigarette. Le ressenti est une sensation physique, agréable ou désagréable, stimulé par un phénomène (odeur, bruit, vue) et procurant une émotion (Arnaud, 2020; CNRTL, n.d.). Ces ressentis contribuent à se faire une représentation du lieu dans lequel la personne se situe (Arnaud, 2020).

Les ressentis mobilisés pour évoquer la cigarette

Dans un premier temps, la personne évoque une représentation globale du lieu. Elle a dit que “tout lui paraissait un peu sale” et que c’est pour cela qu’elle n’a rien ramassé pour le baluchon. A ce moment-là, elle attribue un jugement de valeur de l’espace dans lequel elle est passée en le connotant de “sale”. De plus, le mot “tout” fait référence à l’ensemble du lieu et cela montre que pour elle, la place Edmond Arnaud est un peu sale.  

 J’ai rien ramassé parce que tout me paraissait un peu sale

F_B_CM_AC_20220412

Elle justifie cette représentation de la saleté par la perception de l’odeur. Elle évoque qu’il y a “pas mal d’odeurs” sur la place Edmond Arnaud, et que cela sent “un peu la cigarette, le café [et] le shit”. Elle n’a pas connoté négativement ou positivement ces odeurs hormis le fait qu’elle évite de s’en approcher pour que son enfant ne respire pas la fumée de cigarette. Finalement, cela contraint cette personne à se déplacer sur la place en fonction de certains groupes en train de fumer.

J’évite juste les nuages de fumée de cigarettes pour les enfants 🙂

F_B_CM_AC_20220412

La vue est également mobilisée pour évoquer la cigarette. La personne évoque le fait que certaines personnes fument sur la place et que dans le caniveau il y a de la saleté et des mégots. Ces mégots dans le caniveau ont été représentés sous la forme de dessins dans le livret.

Dessin 1 : Dessin de la personne ayant rempli le baluchon sensoriel. Elle a annoté le dessin avec : “Des mégots dans le caniveau”.

La personne a aussi mentionné le sens du toucher. Elle dit qu’elle n’a pas envie de ramasser des objets de la place, même si c’est pour une expérience car elle trouve que la place est sale. A cause de la représentation sale de la place, la personne s’est interdite de toucher quelque chose qui se situe sur la place.

Finalement, différentes perceptions et sensations ont été évoquées pour parler de la cigarette. Seulement le goût et l’ouïe n’ont pas été évoqués. Tous ces ressentis permettent à la personne de se faire une représentation de la place Edmond Arnaud. De plus, la présence de cigarette et plus particulièrement de l’odeur de cigarette peut être un facteur d’exclusion dans l’espace public, notamment pour les parents avec enfants.

Plus généralement, la place du sensible pourrait davantage être mobilisée dans l’action urbaines. La prise en compte de ces aspects permettrait d’élaborer des projets urbains plus durables et de proposer un meilleur cadre de vie aux usagers.

Bibliographie

AAU, 2021. PRO_SE_CO PROduction SEnsible des projets urbains COntemporains. De la conception à l’expérience : enjeux environnementaux et politiques du sensible. Contrat de recherche. Lab. AAU. URL https://aau.archi.fr/contrat-de-recherche/pro_se_co-production-sensible-des-projets-urbains-contemporains-de-la-conception-a-lexperience-enjeux-environnementaux-et-politiques-du-sensible/ (accessed 4.25.22).

Arnaud, A., 2020. Ressentis et vécus d’individus: de la définition à la collecte de données dédiées. Pré-Publ. 28. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02952465/document

CNRTL, n.d. RESSENTI : Définition de RESSENTI. URL https://www.cnrtl.fr/definition/ressenti.

Manola, T., 2013a. La sensorialité, dimension cachée de la ville durable. Métropolitiques 6. URL : http://www.metropolitiques.eu/La-sensorialite-dimension-cachee.html.

Manola, T., 2013b. Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Retours critiques sur une démarche méthodologique. Norois. Page 25–42. URL https://doi.org/10.4000/norois.4649



Citer ce billet
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (2022, 22 juillet). La cigarette, facteur d’exclusion sur la place Edmond Arnaud. Le Cresson enseigne. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search