Les “murs invisibles” dans l’espace public

Nous avons enquêté auprès des habitants et usagers de la place Edmond Arnaud à Grenoble, site récemment réaménagé par la ville, afin de comprendre les expériences sensibles des usagers sur le lieu, et les effets socio-politiques qu’ils pourraient avoir.

Les différentes ambiances du quartier

Aux premiers abords, le quartier paraît paisible : nous sommes dans une ambiance de “petit village” comme disait la personne que nous avons enquêtée. En effet, elle connaît ses voisins, les commerçants, elle parle avec le postier. De plus, elle décrit la place comme un “village du sud” ou “italien” avec les façades colorées, et les palmiers en été. Ce quartier est très différent du reste de la ville selon elle.

FIG. 2 : CALENDRE, Isabelle / Le Dauphiné Libéré. 08 août 2021, Grenoble. Le Dauphiné Libéré [en ligne]. 08 août 2021. [consultée le 24 avril 2022]. Disponible sur : https://www.ledauphine.com/societe/2021/08/08/isere-grenoble-quartier-de-l-alma-rafraichie-la-place-edmond-arnaud-freinera-t-elle-les-dealers

Cependant, le quartier de l’Alma, qui comprend la place Edmond Arnaud, est connu pour être un des lieux tournants du trafic de stupéfiants dans la ville de Grenoble. Tous les jours, les guetteurs sont présents, ils peuvent crier, plus ou moins souvent, pour prévenir de l’arrivée des policiers. Mais parfois, l’ambiance peut y être très pesante, notamment quand les descentes de policiers sont plus fréquentes, voire quand il y a des interpellations. Par conséquent, pour notre enquêtée qui habite rue Très Cloitres, la Place Edmond Arnaud qui est juste en face est “un autre monde”.  Ce monde-là est “hyper violent” selon elle, même si elle ne voit pas la violence de ses propres yeux.

Les “murs invisibles” : une “autocensure” des femmes (cf. Didier-Fevre) de l’accès à l’espace public

Du fait de l’ambiance lourde qui peut régner sur la place Edmond Arnaud, l’enquêtée s’est créée un périmètre restreint dans le quartier, qui est limité par des “murs invisibles” qu’elle ne peut pas traverser. Ce qui est important à noter c’est qu’elle dissocie complètement la rue où elle se trouve, et la place Edmond Arnaud qui est juste en face. Elle décrit l’espace ainsi :

Il y a plusieurs mondes dans un même monde, et là il y a un mur invisible entre moi et la rue d’en face. En fait, je traverse très peu. J’ai pas de raison de traverser en fait, et dès que je vais traverser, ça va être : il va falloir que je montre ce que je vais y faire.

F_E_AD_ID 20220310

Selon elle, pour aller sur la place, il faut qu’elle ait un motif. Sinon elle a peur que les guetteurs, qui surveillent la place, l’importunent en lui demandant ce qu’elle fait là. 

Mes 2 seules raisons de traverser, c’est d’aller voir le Maltobar ou aller à l’Atypik. 

F_P_AD_FV 20220316

De plus, un obstacle qui se pose à notre enquêtée lorsqu’elle veut se déplacer dans quartier est le paysage qu’elle a en face d’elle. Elle décrit la place Edmond Arnaud comme “une place très masculine”. En effet, la quasi-totalité des personnes qui occupent l’espace de la place sont des hommes. Entre les hommes impliqués dans le trafic de drogues, les hommes qui vont à la mosquée, les hommes qui passent ; elle voit un espace composé à 90% d’hommes. Cet environnement très masculin, en plus d’une ambiance qui peut être très tendue, peut être ressenti comme un frein dans la pratique de l’espace urbain pour une femme, comme pour la personne enquêtée. Dans Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale, Guy Di Méo parle de “murs invisibles” dans le fait que l’accès à l’espace urbain entre les Hommes serait inégal entre femmes et hommes. Les femmes se poseraient volontairement des “barrières mentales” (Didier-Fevre, 2011) dans l’espace urbain.

FIG. 3 : DUTILLOY, Arthur. 24 avril 2022. Carte des “murs invisibles” recensés durant notre enquête. Collection personnelle.

Les “murs invisibles” liés au capital social et culturel des personnes

Di Méo met en lien direct la gentrification et la ségrégation d’un espace, avec les “murs invisibles”, qui se définissent pour une personne, d’une part par son genre, d’autre part par sa classe sociale et sa catégorie socio-professionnelle. La position spatiale des “murs invisibles” dépendrait avant tout de cela.  

La logique de l’urbanisme contemporain voudrait que cela soit la classe sociale favorisée qui invisibilise et stigmatise la classes défavorisée dans les espaces urbains. Par son origine de classe, notre enquêtée pourrait (ou est censée) participer au mécanisme de gentrification, même si elle défend dans son discours des valeurs de mélange et de mixité sociale. Notre enquêtée fait partie des différents acteurs du quartier fortement présents dans le tissu associatif local, combinant différents types d’activités (artisanat, culture…) qui les amènent à se rencontrer régulièrement et à former un réseau de sociabilité solide du fait de leur profil similaire.

Dans nos entretiens, elle nous dit qu’elle se trouve dans une “bulle” à l’intérieur de ce “monde violent”. Cette “bulle” est un espace où elle se reconnaît socialement (dans une forme d’entre soi) associé aussi à des éléments du paysage qu’elle considère comme “beaux”. Par exemple, elle trouve belles les façades colorées de la place, comme celles d’un “village italien”. Elle se rattache aussi à ses liens sociaux qu’elle entretient avec ses amis artistes. Cette “bulle” qu’elle s’est créée découle du fait qu’elle entretient un certain inconfort dans le quartier, car contrairement aux autres quartiers du centre-ville historique, sa classe sociale est minoritaire, sous-représentée, elle se sent ostracisée. La place Edmond Arnaud et ses alentours sont une enclave non-gentrifiée du centre-ville.

Paradoxalement, elle devient victime de ce qu’elle est censée produire selon l’urbanisme contemporain. Elle serait censée participer à invisibiliser et effacer les classes populaires des espaces urbains. Mais étant minoritaire, c’est elle qui finit par être invisibilisée et effacée de l’espace urbain en question. 

Il faut pas gentrifier ce quartier, ce qui se fait dans les petites rues. Moi, je suis pour que ça puisse continuer. Après, je suis pour, ça veut tout et rien dire, mais c’est un quartier où on voit de la misère, mais parce que je pense que forcément dans les HLM, il y a des gens qui accèdent à logements en urgence parce qu’ils ont des vies compliquées.

F_P_AD_FV 20220316

Ainsi, une véritable pression habite certains habitants et/ou usagers du quartier selon leur ressenti de l’espace. Ici, la place Edmond Arnaud fréquentée principalement par des guetteurs, bloque notre enquêtée à l’idée de franchir ce “mur invisible”. Ce sentiment est également ressenti par certains voisins de l’enquêtée qui partagent cette notion.

Cette allégorie de la violence de la place est si pesante que même si la personne que nous avons interviewé n’a pas vu la violence de ses propres yeux, elle a pu juger la place de “hyper violente”,  et sera constamment bloquée à l’idée de traverser cet espace, de peur de ce que son imaginaire se réalise. Et en tant que femme, elle nous raconte le sentiment d’insécurité que les femmes ressentiraient à l’approche de cette place :

Tu les vois sortir et tant qu’elles sont ici elles sont sous la pression de tout le monde quoi, hein ? Il n’y a pas de fille sur ce trottoir là. Mais dès qu’elle tourne la rue Servan, elles sont plus sous la pression de personne.

F_P_AD_FV 20220316

Des murs… ou plutôt des frontières :

Di Méo a étudié uniquement la mobilité des femmes dans l’espace urbain dans son ouvrage, mais Didier-Fevre et Fleur qui ont résumé son livre trouvent qu’il serait judicieux de faire des recherches également auprès d’hommes pour montrer réellement cette inégalité femme-homme dans la pratique de l’espace urbain. De même, ce postulat peut être différent selon les caractéristiques sociales des enquêtés. Toutefois, Guy Fleur a une autre définition des “murs invisibles” qui fait fi du genre. Ce sont des limites “qui clôturent les espaces de vie des enquêtées. Propres à chacune, ces limites mouvantes au cours de la journée mais aussi à l’échelle de la vie, prennent cependant des formes communes. Elles peuvent épouser les limites d’un quartier ou d’un axe privilégié, ou être repoussées par des pratiques urbaines géographiquement plus dispersées. ». Ainsi, les “pratiques urbaines” de tout un chacun peut déterminer des “murs invisibles” dans l’espace. Notre enquêtée nous en a illustré un lors du parcours commenté que nous avons fait avec elle, elle nous a dit au milieu de la rue Servan, qu’elle n’était plus dans le quartier. Elle explicite : 

J’avais une copine qui tenait [une boutique] mais c’est en fait, c’est hyper mal placé parce que là on change de quartier. Donc là il y avait le mur invisible, divisé par rapport à Très-Cloîtres et en fait la partie gauche de la rue c’est ici la limite, plus c’est avant ou après. Ici, vous êtes en zone urbaine sensible, et ici non parce que  vous êtes à deux minutes de la rue Bayard, une des rues les plus chics de Grenoble.

F_P_AD_FV 20220316

Ce deuxième “mur invisible” est cette fois plutôt apparenté à une frontière d’un territoire. Le territoire que notre enquêtée connaît et pratique. Elle ne trouve pas d’intérêt à aller plus loin, car elle serait trop éloignée de son atelier et de ses connaissances qui se trouvent rue Très Cloîtres. Pour elle, on sort du quartier.

En tant qu’observateur, nous pouvions percevoir, voire apercevoir ce “mur invisible”. Il y a effectivement une distinction physique entre l’intérieur et l’extérieur du périmètre qu’elle nous dessine.  Au niveau d’un croisement dans la rue Servan, les façades des bâtiments deviennent d’un coup ternes, contrastant avec les jaune, bleu, ou orange peints sur les édifices. En effet, le quartier autour de la place Edmond Arnaud serait protégé par la ville : les façades et les arcades en briques ont été rénovées car elles seraient “une structure architecturale remarquable” de la ville selon l’enquêtée. Par conséquent, le paysage est beaucoup plus coloré qu’en direction de la rue Bayard.

Pour conclure :

Malgré le côté “village” du quartier, la solidarité entre les habitants, le fait qu’il y ait ce trafic de drogue ne rend pas à l’aise certains habitants et usagers de cette place (dont notre enquêtée) dans leurs déplacements. Tout d’abord, parce qu’elle est une femme, et qu’elle se sent oppressée par cette “hyper-masculinité” de la place, notre enquêtée essaie de créer sa “bulle”. Après, même si les dealers font partie intégrante de la vie du quartier, et que notre enquêtée est habituée à les voir, elle ressent toujours un sentiment d’insécurité car cela ne fait pas partie de sa “culture”. Ainsi, elle va se créer ses “murs invisibles” dans l’espace pour se protéger. C’est-à-dire des stratégies d’évitement des espaces publics qui sont dus à des empêchements réels ou appréhendés. Quant aux classes populaires du quartier, on peut supposer que ces activités informelles les gênent moins (ou pas), car elles leur paraissent “normales”.

Cependant, on ne dessine pas des limites uniquement pour se protéger, on peut créer des frontières malgré soi, parce que nous n’utilisons pas tout l’espace qui est autour de nous. En effet, selon nos activités dans l’espace urbain, on va utiliser telle ou telle partie de celui-ci. Ainsi, un “mur invisible” se dessine : derrière lui se trouve l’espace que nous ne pratiquons pas. Toutefois, Guy Fleur nous fait remarquer que ces frontières ne sont pas fixes, elles sont mouvantes, selon l’évolution de nos activités.

Bibliographie

DI MEO G., 2011, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 344 p.

Didier-Fevre, C. (30 août 2011). Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale. La Cliothèque. Consulté le 24 avril 2022, URL : https://clio-cr.clionautes.org/les-murs-invisibles-femmes-genre-et-geographie-sociale.html

Fleur Guy, « G. Di Méo, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 24 avril 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.8282



Citer ce billet
DAMMAK Iheb DUTILLOY Arthur VINAS Florian (2022, 22 juillet). Les “murs invisibles” dans l’espace public. Le Cresson enseigne. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search