Ecole d’hiver / winterschool 2017 – PROGRAMME

winterschool2016-prog


lundi 14h

« Initiation à l’acoustique »

Cette introduction à l’acoustique architecturale présentera les différents enjeux et outils que mobilise le son dans l’espace : comment l’appréhender, comment le mesurer, de quelle manière le moduler ?

En présentant différentes règles et différents exemples, mais aussi en réfléchissant ensemble aux modalités du son (ses différentes formes physiques et sensibles), il s’agira de constituer une base de connaissances pour les participants sur le son dans l’espace, sa propagation et ses inflexions.

Cette présentation se fera sur la base de notions d’acoustique simples et pratiques, mais aussi sur des notions développées au laboratoire CRESSON comme celle des effets sonores qui présente et étudie sur le plan acoustique et psychosociologique les milieux construits.


lundi 15h

Vers une esquisse sonore de l’architecture

Introduire la dimension sonore en amont du projet architectural et urbain et non pas après que tout a été dessiné et décidé est un des objectifs fondamental des travaux des architectes au laboratoire CRESSON de l’école d’architecture de Grenoble.

Le travail de définition des effets sonores, l’expérimentation de « prototypes sonres architecturaux», la sédimentation sur le site « cartophonies.fr » de situations de références issues d’études in situ, et enfin la création d’un outil comme « esquissons », tels sont les jalons qui ont été posés au fur et à mesure des recherches portant à la fois sur les espaces publics et domestiques.

Notre exposé montrera ce parcours et les pistes pour une réflexion future dans le cadre d’une approche sensible et créative de l’envisonnrement urbain.

• Architecte de formation, Grégoire Chelkoff a participé à la création du CRESSON (centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain) en 1979 à l’école d’architecture de Grenoble et aux recherches initiées par Jean-François Augoyard de 1980 à 1992 sur les effets sonores. Il a initié plusieurs travaux sur la dimension auditive dans ses relations avec l’espace construit et les pratiques, en espace public comme dans l’espace domestique et a entrepris l’expérimentation de « prototypes sonores architecturaux ». Il est responsable scientifique du site web cartophonies.fr. Professeur à l’ENSAG, ses recherches sur les ambiances architecturales et urbaines visent à développer une approche multisensorielle et expérimentale de l’architecture par l’étude des relations entre formes, formants sensibles et formalités des usages. 


mardi 14h
Paysages sonores : un impensé des projets « durables » ?

Théa Manola

Cette intervention présentera les résultats d’un travail empirique menée dans plusieurs « quartiers durables » du nord de l’Europe (Manola, 2012 ; Faburel (coord.), Manola et Geisler, 2011). Sur la base d’une définition du paysage sonore actualisée en vue des évolutions de la théorie du paysage en France, nous détaillerons les paysages sonores des habitants de ces quartiers mais aussi ceux projetés (ou pas) par les porteurs des projets. Nous nous questionnerons alors sur les impensés (sonores et plus largement sensoriels) de ces projets et leurs effets en termes d’uniformisation voire de normation des paysages sonores « durables ».

• Théa MANOLA est architecte DPLG-urbaniste et docteure en Études Urbaines. Maitre-assistante en SHS à l’ENSAG, chercheure au CRESSON – UMR CNRS/ECN/ENSAG/ENSAN Ambiances Architectures Urbanités et associée à l’atelier de recherche Politopie et à l’UMR LADYSS, elle travaille sur le paysage (multisensoriel) , les esthétiques ordinaires et les transitions socio-politiques contemporaines notamment en lien à l’environnement. @ thea.manola@grenoble.archi.fr


mardi 18h
L’ART DE TOURNER EN ROND
Recherche/action

Eleonore Bak

Nous travaillerons sur les dimensions atmosphériques diurnes et nocturnes d’un certain nombre de cours et tours dans l’espace urbain de Grenoble. Pour mieux connaître les phénomènes ambiants, pour mieux comprendre (ressentir/dire/comparer) leur action discrète néanmoins transformant notre perception et co-formant notre habiter/construire, nous-nous intéresserons à la playing aura1 et au vivre ensemble intime des gestes corporels et ambiants.

1) Tout en nous ouvrant d’abord aux détails phénoménologiques, topologiques et organiques, dont la clarté, la distinctibilité et la complexité des ! phénomènes sensibles immédiats (effets de la forme construite [contremur, effets liées à la matière, réverbérations, seuils, emboîtements, limites, inclusions, métaboles], microclimats, circulation des masses d’air, effets thermodynamiques, [transitions attractives, compression, décompression, glissando, entonnoir, thermocline, queues de comète]) et médiats (phénomènes sensibles, qui débordent le cadre, tels les climats et aspects géomorphologiques généraux), ! phénomènes sensibles qui interviennent à l’intérieur du cadre sans qu’on en ait eu préalablement connaissance, (effets liés à l’histoire, à la politique, à la sociologie, à la mémoire collective et à la culture), nous expérimenterons à la fois un certain art de « tourner en rond », pointerons les intensités de nos ressenties (sens/par sens, cinesthésiques et kinésiques), engagerons des postures d’écoute particulières…

2) Pour mieux analyser ledit processus d’architecturation, nous représenterons ensuite nos différents ressenties, dont nous lirons la topique élastique, c’est-à-dire momentanée, spontanée, variable, tempérée, mais aussi dense, extensive et intensive.

1 La playing aura est un « tout présent ». Elle désigne « ce qui se joue » « ensemble » à l’instant de l’écoute. Elle regroupe l’« aura externe », c’est-à-dire ce qui est perceptible par le corps, (les phénomènes lumineux ; les phénomènes sonores et vibratoires par exemple ; les phénomènes climatiques) et l’ « aura interne », l’ « aura active », c’est-à-dire ce qui est perceptible à l’intérieur du corps et de l’esprit (l’intelligible et le sensible, les émotions, la mémoire, y compris la mémoire plastique vive) et d’une manière particulière « ce qui joue par convolution » : les gestes corporels et les gestes ambiants, les phénomènes culturels et sémantiques présents, sans qu’on en ait forcément conscience.

• Eléonore Bak : Après un apprentissage des techniques du tissage, puis une brève, mais marquante expérience de la scène théâtrale, elle a étudié à l’école supérieure d’art et de design de Cologne (1981-85), où elle a questionné le statut de la sculpture, « […] son être volume mobile, portable et habitable par le corps », mais aussi « […] son être en interaction avec des environnements ». À partir de 1985, et suite à des études en électroacoustique au CIRM, Centre International de Recherche Musicale de Nice et une résidence d’art et de recherche à la Villa Arson à Nice (1985-86), elle s’est définitivement consacrée au son « […] comme matériau plastique et de construction ».

Comme le Sonore relève de la discrétion, comme l’écoute est une expérience solitaire, dont la sophistication potentielle peut être ignorée, elle s’est aussi consacrée à la médiation à l’aide de visualisations sonores. Ses œuvres ont été présentées lors de nombreuses expositions internationales.

Le questionnement de l’interaction possible entre l’écouter/voir, l’a cependant rapproché des sciences. Pour mieux connaître le rapport entre « architectures invisibles », technologies et langages, elle a étudié à la faculté de Nice Sophia Antipolis [DEA en « Technologies, cultures et formes de sociabilités » (2000-2001), où elle a réfléchi sur le son, comme mode de penser]. Elle a creusé ces recherches au sein du laboratoire ACROE, Institut Polytechnique de Grenoble ; de la plateforme holophonique, Centrale Supélec, site de Metz (2002-2014); du laboratoire CRESSON, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble [sa thèse (2010-2016) Habiter l‘in-vu, Formes de visualisations sonores, ayant porté sur la partageabilité des ambiances sonores].

Cette artiste, docteure en architecture et « chercheuse associée » au CRESSON, enseigne depuis 1994 dans le supérieur artistique, et depuis dix ans à l’École supérieure d’art de Lorraine, où elle a initié l’Atelier de recherche sonore (L.A.R.S).


mercredi 9h

Quels Paysages sonores pour l’habitat à Confluence

« Habiter » n’est pas se contenir en la clôture du logement mais construire un temps de vie, des habitudes connectées avec les perceptions du monde environnant, dont les dimensions phoniques. Nous ne pouvons habiter que ce qui nous est habitable, c’est-à-dire familier, en lien à l’ensemble de nos connaissances. Nous ne pouvons et ne savons pas vivre dans le silence. Nous aimons les calmes et les bruits. Ils attirent ou ils repoussent. Tous ne sont pas bruyants, et tous les bruits ne sont pas condamnables. Limiter la perception de l’environnement sonore à ces témoignages, croire que de tous temps les hommes ont uniquement jugé et condamné les bruits, ce serait ignorer que d’autres formes d’explication du phénomène sonore urbain existent. En réalité, une forte évaluation éthique et instrumentale générale (économique, sociale, morale) est portée sur les bruits, une partie de ce dispositif consistant à les censurer, à les réprimer. Mais cette censure n’est qu’un cas particulier. Ne nous laissons pas aveugler par les conceptions de notre époque. Demandons-nous plutôt s’il existe une attitude plus fondamentale à partir de laquelle des modes d’adaptation et des modes d’aménagement de l’espace se sont développés.

• Olivier Balaÿ est architecte, professeur à l’ENSA Lyon & chercheur au Cresson. Ses recherches portent sur

– L’observation des pratiques et les stratégies de la description des phénomènes sensibles pour l’architecture et l’urbanisme

– L’histoire de l’environnement sensible urbain

– Les outils pour la méthodologie du projet architectural

– La recherche et le développement de modules d’habitat pour demain


mercredi 10h15
La ville, la tour et la cour
Ecoutes activées, écoutes réactivées

Pascal Amphoux

Trois manières d’activer notre écoute de la ville en situation ordinaire de co-présence ou de cheminement seront énoncées : l’écoute environnementale, l’écoute médiale et l’écoute paysagère.
La technique de l’écoute réactivée sera brièvement récitée: échantillon expressif, principe de récurrence, domaines de pertinence (passage de l’analyse au projet).
La tour des effets sonores et la qualité sonore de la cour

Pascal Amphoux, Architecte, géographe, professeur à l’ENSANantes, chercheur au Cresson (ENSAGrenoble) et directeur de Contrepoint Projets urbains (Lausanne), membre du conseil scientifique Europan Europe, de la commission du FMAC (Fonds Municipal d’Art Contemporain, Genève) et expert auprès de diverses autres institutions suisses et françaises.

 


 

mercredi 11h30

Esquis’sons ! Outils d’aide à la conception d’environnements sonores durables

Hengameh Pirosenloo & Noha Saïd

Ce présent projet étudie dans 6 quartiers durables en Europe (Allemagne, Espagne, France et Suède) les qualités sonores des espaces intermédiaires situés en façade de bâtiments que sont les balcons, les loggias, les terrasses et les circulations. Une analyse croisée de la forme physique, de l’environnement sonore et du ressenti des usagers permet de faire émerger les conditions minimales d’existence de situations sonores remarquables. L’ensemble de ce travail est compilé dans un répertoire qui est le premier outil d’aide à la conception sonore de ce type d’espace pour les architectes. La recherche articule à cette analyse un outil d’esquisse sonore qui intègre les principaux résultats de la phase de terrain dans une interface paramétrique utilisant les logiciels Rhinoceros, Max MSP et le plug-in Grasshopper. Grace à cette application, il est possible de « sonoriser » un environnement virtuel 3D et d’entendre les conséquences de choix architecturaux. Le module d’auralisation est informé par les caractéristiques géométriques du modèle spatial et inversement. Autrement dit, cette application permet d’esquisser un espace en l’écoutant.

 


mercredi 18h
CONCERT DE PAYSAGES
Une approche du paysage par les oreilles
Un paysage s’entend autant qu’il se voit.

Henry Torgue

Concert de Paysages est l’occasion de re-découvrir la richesse des sonorités qui composent les bandes-son de notre vie. A partir de plusieurs centaines de fragments sonores enregistrés en Isère, issus de la nature ou des activités humaines : chouette hulotte postée en forêt des Chambarans, embouteillage matinal sur la rocade, clarines d’un troupeau dispersé en alpage, jeux d’enfants en cour de récréation, match de football un soir d’orage, grondement des barrages, neige cotonneuse… le compositeur Henry Torgue a agencé des mini-récits sonores, à la fois locaux et universels, dont l’écoute amplifiée révèle la grande musicalité.

Ce concert a été créé les 17 et 18 septembre 2016 dans le cadre de la saison 01 « Automne »  du projet Paysage>Paysages, au Théâtre Antique de Vienne et dans la salle René Rizzardo de la MC2 de Grenoble.

Henry Torgue est sociologue, politologue, urbaniste, compositeur et ancien chercheur CNRS au CRESSON.

suivi de

ÉCOUTER SON QUARTIER

Enregistrements des quartiers Vigny-Musset & Caserne de Bonne extraits de la recherche Esquis’ssons !


jeudi 9h  

Entendre et s’entendre dans la ville dense

Le défi d’un urbanisme durable amène décideurs, concepteurs et gestionnaires à répondre à des objectifs de densité tout en garantissant un bien-vivre individuel, collectif et public aux habitants. Le propos portera sur le vécu sonore des espaces intermédiaires, entre logement et rue et inter-logements, en contexte de densité et de densification. En particulier, il s’agira d’identifier « ce qui touche » l’habiter quotidien et la part active des habitants dans l’invention d’un vivre-ensemble à partir des résultats de deux recherches : L’intimité en dehors du chez-soi en habitat individuel dense ? (PUCA Habitat Pluriel) et D’une densification subie à une densification collaborative, vécus comparés de la densification douce ? (PUCA Densification Douce).

• Magali Paris est ingénieur paysagiste et docteur en urbanisme et architecture, maître-assistante titulaire à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble où elle enseigne la géographie et le paysage en particulier en milieux urbains. Elle est chercheur au laboratoire Cresson (http://aau.archi.fr/cresson/) où elle conduit depuis 2004 des recherches sur l’habiter en contexte de densité notamment dans le cadre des programmes de recherche du Plan Urbanisme Construction Architecture : Habitat pluriel 2005-2010 (Densité, urbanité, intimité des logements aujourd’hui) et Densification douce 2014-2017 (Vers des politiques publiques de densification et d’intensification douces : intérêts, limites et opporunités ?). Entre recherche, enseignement et pratique du paysage, Magali Paris souligne l’importance de la participation habitante et de la prise en compte du sensible dans toutes les phases du projet et développe depuis 6 ans des méthodes de travail avec les habitants via des workshops et la mobilisation d’outils immersifs numériques.

 


jeudi 10h15h

Qu’est ce qu’un espace sonore ?

Cette question est un défi à notre culture dominée par le visuel. Et plus encore à la pensée architecturale et urbanistique. Les caractères de l’espace sonore sont justement différents ou opposés à ceux de l’espace comme on l’entend habituellement. L’espace sonore est d’abord du temps; il est ensuite discret, disséminé, sans limites claires; il est aussi prégnant, rétif à la distanciation. Il invite enfin à mêler les disciplines et à affronter l’expérience sensible et créative. A quoi la notion d’effet sonore répond très bien.

• Jean-François Augoyard, est philosophe, urbaniste et musicologue. Directeur de recherche CNRS honoraire. Fondateur du Centre de Recherche sur l’Espace sonore (Cresson, CNRS) en 1980 à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, il a été co-fondateur, en 1992, du laboratoire Ambiances architecturales et urbaines (CNRS-Ministère de la Culture et de la communication) et d’une formation doctorale sur le même thème. Ses premiers travaux ont porté sur les façons de marcher, les manières d’habiter, et les conduites sociales en ville. Il a ensuite développé des notions interdisciplinaires et des méthodes d’analyse in situ de l’environnement sensible, en particulier sonore. Enfin, il a mené plusieurs recherches sur la perception esthétique ordinaire et sur les actions artistiques urbaines (commandes du Ministère de la Culture). Il travaille actuellement sur une théorie des ambiances architecturales et urbaines.


jeudi 11h30
Son in situ & après : archivage & partage

Françoise Acquier & juL McOisans

Notre intervention portera sur le processus mis en œuvre au cresson pour assurer la sauvegarde, la pérénisation, & la diffusion des sons enregistrés lors des recherches depuis 1982.
A la fois un aspect historique & technique pour comprendre les enjeux de la numérisation, un aspect documentaire qui pointe l’importance des métadonnées & un aspect de mise en réseau pour favoriser la diffusion & la valorisation . . .
juL McOisans est ingénieur médaticien, musicologue de formation,  il intègre le Cresson en 1993 pour prendre en charge les publications du laboratoire & la valorisation de la recherche. La spécificité de celle-ci, axée autour de l’espace sonore, l’amène à mener diverses expériences sur l’ensemble du processus audio : de l’enregistrement in situ, du traitement (analogique puis numérique) & de la diffusion (supports, media, installations…). A partir de 2003, il lance les premières opérations de collectage, archivage, numérisation & publication systématique des enregistrements sonores effectués au labo depuis son origine : récupération des supports analogiques & des machines capables de les lire, process de numérisation, de sauvegarde & de classement de  ces enregistrements…(programme cres s o u n d).

• Françoise Acquier : Après avoir effectuée une maîtrise en urbanisme et aménagement (Université de Tours) et un DEA de Géographie (Université de Montpellier), j’ai obtenu le capès de Documentation et exercé le métier de professeur-documentaliste. En 2001 j’ai rejoint l’équipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. Je suis chargée des ressources documentaires de l’équipe Cresson. Mes missions sont centrées autour de la gestion du fonds documentaire spécialisé et sa promotion, l’archivage des publications, la veille sur l’actualité des ambiances urbaines, l’appui aux actions de recherche. Nous travaillons de concert avec l’ingénieur son juL McOisans à la valorisation des archives d’environnement sonore urbain sur le catalogue de la bibliothèque, la carte sonore http://www.cartophonies.fr/ et sur le carnet Hypothèses. Nous avons intégré en 2016 Europeana Sound en tant que partenaire associé.
Veille
http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche
Productions de l’équipe
https://www.zotero.org/groups/umr_ambiances_architecturales_et_urbaines
http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/CRESSON


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *