Quels Paysages sonores pour l’habitat à Confluence ?

Olivier Balaÿ

« Habiter » n’est pas se contenir en la clôture du logement mais construire un temps de vie, des habitudes connectées avec les perceptions du monde environnant, dont les dimensions phoniques. Nous ne pouvons habiter que ce qui nous est habitable, c’est-à-dire familier, en lien à l’ensemble de nos connaissances. Nous ne pouvons et ne savons pas vivre dans le silence. Nous aimons les calmes et les bruits. Ils attirent ou ils repoussent. Tous ne sont pas bruyants, et tous les bruits ne sont pas condamnables. Limiter la perception de l’environnement sonore à ces témoignages, croire que de tous temps les hommes ont uniquement jugé et condamné les bruits, ce serait ignorer que d’autres formes d’explication du phénomène sonore urbain existent. En réalité, une forte évaluation éthique et instrumentale générale (économique, sociale, morale) est portée sur les bruits, une partie de ce dispositif consistant à les censurer, à les réprimer. Mais cette censure n’est qu’un cas particulier. Ne nous laissons pas aveugler par les conceptions de notre époque. Demandons-nous plutôt s’il existe une attitude plus fondamentale à partir de laquelle des modes d’adaptation et des modes d’aménagement de l’espace se sont développés.

support de cours :

OB_CRESSON Ecole d’hiver 2017

• Olivier Balaÿ est architecte, professeur à l’ENSA Lyon & chercheur au Cresson. Ses recherches portent sur

– L’observation des pratiques et les stratégies de la description des phénomènes sensibles pour l’architecture et l’urbanisme

– L’histoire de l’environnement sensible urbain

– Les outils pour la méthodologie du projet architectural

– La recherche et le développement de modules d’habitat pour demain


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *