Son in situ & après : archivage & partage

Françoise Acquier & juL McOisans

Notre intervention portera sur le processus mis en œuvre au cresson pour assurer la sauvegarde, la pérénisation, & la diffusion des sons enregistrés lors des recherches depuis 1982. A la fois un aspect historique & technique pour comprendre les enjeux de la numérisation, un aspect documentaire qui pointe l’importance des métadonnées & un aspect de mise en réseau pour favoriser la diffusion & la valorisation . . .

support de cours : 

FA_Ecole_Hiver_2017

• Françoise Acquier : Après avoir effectuée une maîtrise en urbanisme et aménagement (Université de Tours) et un DEA de Géographie (Université de Montpellier), j’ai obtenu le capès de Documentation et exercé le métier de professeur-documentaliste. En 2001 j’ai rejoint l’équipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. Je suis chargée des ressources documentaires de l’équipe Cresson. Mes missions sont centrées autour de la gestion du fonds documentaire spécialisé et sa promotion, l’archivage des publications, la veille sur l’actualité des ambiances urbaines, l’appui aux actions de recherche. Nous travaillons de concert avec l’ingénieur son juL McOisans à la valorisation des archives d’environnement sonore urbain sur le catalogue de la bibliothèque, la carte sonore http://www.cartophonies.fr/ et sur le carnet Hypothèses. Nous avons intégré en 2016 Europeana Sound en tant que partenaire associé.
Veille
http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche
Productions de l’équipe
https://www.zotero.org/groups/umr_ambiances_architecturales_et_urbaines
http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/CRESSON

• juL McOisans est ingénieur médaticien, musicologue de formation, il intègre le Cresson en 1993 pour prendre en charge les publications du laboratoire & la valorisation de la recherche. La spécificité de celle-ci, axée autour de l’espace sonore, l’amène à mener diverses expériences sur l’ensemble du processus audio : de l’enregistrement in situ, du traitement (analogique puis numérique) & de la diffusion (supports, media, installations…). A partir de 2003, il lance les premières opérations de collectage, archivage, numérisation & publication systématique des enregistrements sonores effectués au labo depuis son origine : récupération des supports analogiques & des machines capables de les lire, process de numérisation, de sauvegarde & de classement de ces enregistrements…(programme cres s o u n d).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *